Recherche
Cadre de vie


Santé

Documents sonores

Culture et documents

Culture et voyages

Culture, lettres, écriture

Culture philosophique

Société

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://dan.duvay.free.fr/data/fr-articles.xml

Ma mère : escroquerie et abus de faiblesse

Les grands événements de sa vie selon elle



  J'ai trouvé après sa mort, des lettres recopiées, tapées à la machine par elle, qu'elle avait mises dans un dossier appelé " courrier important ".

C'était plutôt des règlements de compte envers moi. Tout ce qu'elle me reprochait était écrit noir sur blanc. Ses propres interprétations.
Mon fils a été en couveuse. Elle ne l'a su qu'après coup avec photos. Elle est bouleversée après coup !!! Nous nous serions disputées à ce propos. Je ne l'ai pas écrit. Elle n'est pas venu voir !!!

A-t-elle oublié que lorsqu'Isabelle est née à Béziers, j'étais seule avec une fillette de 3 ans et qu'elle a refusé de venir " pour ne pas me servir de bonniche " ? Moi aussi je règle mes comptes. Sauf qu'elle ne pourra jamais le lire alors qu'elle-même a laissé un dossier avec ses reproches pour que je garde bien ces souvenirs : dossier " courrier important ". Il fait partie de son héritage.

Plus loin elle me reproche de lui avoir demandé de faire cuire quelque chose, de garder les petits pour la fête de l'école de l'aînée... Grand étonnement de ma part. Elle venait si rarement. Il faut dire que nous habitons loin de Marseille. Peut-être ? J'avais 3 enfants : les couches, les jeux, la fête des écoles. Mais de là à l'inscrire sur un mémoire ? !!! " Ils sont partis à la fête de l'école de l'aînée, je suis restée seule avec les deux petits jusqu'à 2 heures du matin. Le scoop. les enfants devaient dormir.

Une lettre qu'elle dit bouleversante : à l'époque nous travaillions au Maroc. L'été nous faisions des achats à le redoute par exemple mais toujours à la condition que le colis arrive avant la fin de l'été, avant notre départ au Maroc. L'un des colis a réussi à arriver à Marseille. Comment avaient-ils fait ? il devait arriver plus tôt en succursale de Béziers. Ma mère l'a ouvert et, ce qu'il ne faut jamais faire, l'a expédié au Maroc. Je vous dit pas les taxes, les vols à la douane. J'ai dû lui écrire qu'il ne fallait jamais le faire. J'ai oublié tout cela, les détails du problème ??? Mais ma mère l'a conservé dans son dossier " courrier important : " peut-on recevoir au Maroc une mère malhonnête qui se permet d'ouvrir des colis " écrit-elle.

Ma mère était têtue.  Quand elle avait une idée en tête, il fallait qu'elle gagne même vis à vis de ses amies. J'ai retrouvé un papier où son amie Gilberte G. reconnaissait s'être trompée. Elles s'étaient pendant des années un peu disputées pour savoir si Montolivet était à la même hauteur que notre Dame de la Garde. Un journal avait fini par affirmer que oui et ma mère jubilait. Au point qu'elle avait gardé et le journal et le mot d'excuses de son amie dans le dossier " courrier important " !!! J'ai voulu vérifier ses dires. pas évident même avec internet.

" La basilique de la « Bonne Mère » domine Marseille, à 154 m d'altitude...
Perchée sur sa colline à 160 mètres d'altitude.
Elle est située à Marseille, à cheval sur les quartiers du Roucas Blanc et de Vauban, sur un piton calcaire de 149 mètres d'altitude surélevé de 13 mètres grâce aux murs et soubassements d'un ancien fort.

l'Esplanade principale, altitude 161 m "

J'ai trouvé que le petit Bosquet était à 108 m. Montolivet est plus haut... Cela valait-il la peine d'un tel acharnement de sa part ?


-     Pour marraine, je ne savais pas que l'emprise de ses voisines était aussi forte. Je peux te dire que nous allions la chercher régulièrement. Je me souviens l'avoir accompagnée chez le vétérinaire pour sa chatte...
Si elle avait besoin de nous elle savait qu'elle pouvait nous appeler pour l'aider. C'est pour cela que j'avais été étonnée qu'elle ne nous demande pas spontanément d'aller chercher ses remèdes. C'est là qu'elle m'a dit que c'était ses voisines qui d'habitude s'en occupaient.... Elle était sous l'emprise des voisines.

 

Ma mère, ( 90 ans ) juste avant sa mort a été escroquée par ses voisines. Elles ont profité de sa solitude, de sa gentillesse et de sa vulnérabilité due à l'âge et au fait de vivre éloignée de sa famille.
Au début, elles se disaient seulement " bonjour " puis peu à peu, les voisines sont intervenues pour dire que les normes de sécurité n'étaient pas respectées dans sa maison : pour le gaz, l'électricité. Les deux maisons risquaient de flamber... Ces dames se disaient " entrepreneurs ". Bien sûr loin de Marseille se trouvait leur entreprise, donc impossible à vérifier. Elles ont un ouvrier permanent et des sous traitants. Elles s'occupaient des travaux, faisaient quelques courses à ma mère, pour montrer qu'elles étaient pleines de bonne volonté...

Nous habitons loin de Marseille et lorsque ma mère nous a tenu au courant de ces travaux, nous avons réagi surtout lorsqu'elles ont entrepris de modifier le rez de chaussée de sa maison ( chose que ma mère refusait, lorsque nous le lui proposions ! ) pour lui éviter les escaliers. Nous avons demandé des plans qu'il nous a fallu refaire, des devis qu'elles ont toujours promis et jamais envoyés. " Nous allons le faire ", " nous le donnerons à votre maman ", " elle l'a ". Nous n'avons d'elles qu'un bout de papier écrit au crayon, sans en-tête.

Chaque semaine, elles amenaient ma mère, en voiture, à la poste, retirer 5000 € qu'elles prenaient immédiatement.

Lorsque nous avons pu venir à Marseille, nous avons immédiatement fait arrêter les travaux qui sont  bâclés, avec de nombreuses malfaçons. elles ont réussi à soutirer 46 000 € pour des travaux qui selon plusieurs personnes en vaudraient la moitié. Ma mère a porté plainte au commissariat de son quartier et au palais de justice. Mais la plainte n'aura sans doute aucun suite car ces dames très habiles ne laissent aucune trace : pas d'entreprise, pas de SIRET, pas de devis, pas de chèques. Les voisins qui ont fait appel à elles acceptent de dire qu'elles sont chères mais risquent de devoir révéler qu'ils ont accepté des travaux " au noir ", donc pas de témoins et la poste qui a donné chaque semaine les 5 000 € se retranche derrière le secret bancaire.

Il ne m'est pas possible d'accepter sans rien dire que des gens trompent ainsi les voisins, l'État... vivent dans une maison où tout est neuf, avec jardinier, piscine, BMW, moto et un bagout exceptionnel.

Pour ma mère qui vient de décéder, c'est trop tard. Pour nous, les héritiers, nous n'avons aucune preuve valable pour faire un procès. Il nous reste des travaux non finis, payés deux fois et à reprendre. Pour la justice un dossier vide et pour les investigateurs possibles des sommes importantes à payer si nous voulions poursuivre.

Incroyables les précautions qu'elles avaient prises pour effacer toutes traces de leurs occupations clandestines ! Les témoins ? Inutile de compter sur eux. Le travail au noir, la peur  de  la police faisaient que nombre d'entre eux détournaient d'avance les têtes et s'éclipsaient plutôt que de témoigner!

Pour se défendre, les voisines détournent l'attention de la police sur moi et m'accusent. De quoi ? Rien de moins que de diffamation et de manque de soins envers ma mère ! Je comprends désormais la peur des gens envers la police. Il m'a fallu me justifier. Vais-je payer à cause d'escrocs ? J'ai beau avoir eu des différents avec ma mère, mais de là à être ainsi accusée ?

Ma mère avec l'âge a été la pire des sottes ou la pire des malintentionnées à notre égard car elle avait ses idées, mais à quel point ? Elle a écrit aux voisines de chez nous, une lettre de remerciements.. Qu'a-t-elle dit d'autre ?
Les voisines ( peu importe la date, ont maintenant cette lettre ). L'affaire se retourne contre moi alors que je le sais bien, ma mère a voulu simplement tout atténuer et surtout eu peur de la réaction de ses voisines. Mais les voisines ont retourné l'accusation contre moi : diffamation + mort de ma mère trop rapide selon elles. Elles ont utilisé la lettre de remerciements de ma mère contre moi bien sûr,  et elles ignoraient, peut-être, mais ce n'est pas certain, que ma mère avait été récemment hospitalisée.

J'ai l'impression que la policière a mal lu le dossier ou un peu vite par ses questions ou que la plainte de ma mère s'est égarée. C'est elle qui a porté plainte dans le 12 e. C'est le 8 e arrondissement qui s'informe ??? Et je me demande s'ils ont le dossier complet. Je n'y comprends rien.
Pourquoi un certificat des médecins : T. chez nous et P. à Marseille + de son cardiologue et de la clinique où elle est restée 15 jours, avant de venir chez nous ne suffiraient pas à justifier sa faiblesse et sa mort peu de temps après. J'ai appelé le médecin 3 fois dans la semaine de sa mort et même quelques heures avant sa mort. Cela me sauve des accusations. Mais elles ont réussi à éloigner la plainte d'elles.
Pour la diffamation, pourquoi témoigner, même si on est seuls en famille serait-ce une diffamation. ? Alors, plus personne ne peut témoigner ?

La lettre ( si elle existe vraiment. Mais ma mère était bien capable de l'écrire, a été envoyée de chez nous, mais à quelle date ? Avant ou après la plainte je ne sais pas ?...
Si mon mari a posté cette lettre après ( cela m'étonne ! ) c'est dégourdi de sa part !!! Il ne s'en souvient pas. Mais comme il ne pense qu'à G. !!! le nombril du monde !!!

Pour le reste, j'ai osé écrire ( sans attendre R. qui est toujours sur son nuage " G. "), à la policière ( je ne sais pas son grade, celle qui  s'occupe de l'affaire ), j'ai même osé lui dire de la transmette cette lettre, si elle le voulait bien, au Procureur.
Dans cette lettre j'essaie de contrer par le raisonnement toutes les accusations qu'elle m'a révélées. J'ai d'ailleurs senti au téléphone, qu'au début elle était réticente à mon égard, puis il m'a semblé qu'elle s'était adoucie, mais ne pouvait rien pour moi.  ( " Elles ont été convaincantes " ces dames m'a-t-elle dit, au début ) mais à la fin elle m'a dit " Pourquoi n'avez-vous pas mis votre mère sous tutelle ? ").
Je suis moins inquiète car j'ai l'impression que c'est la panique totale à la police de Marseille. A moins qu'à cause de cela il faudrait s'inquiéter. Ma mère a porté plainte dans le 12e. Avec une procuration d'elle, je suis allée au palais de justice pour une plainte, en son nom au civil. Le civil est devenu pénal, la plainte du 12e semble avoir disparu...

Reste à prouver que c'est ma mère qui a porté plainte, j'ai sa procuration; après je n'ai fait que répondre aux questions des gendarmes et policiers. Pour sa mort il y a 3 médecins dont un cardiologue et une clinique qui savent qu'elle allait mal fin Mars et elle est morte le 11 Avril. Pour l'argent j'avais procuration donc aucun besoin de retirer en liquide chaque semaine, ce n'est pas moi qui ai retiré ces sommes mais la poste refuse de dire que c'est bien les voisines qui l'accompagnaient. Pour la diffamation, s'il le faut, pour équilibrer, ce sera diffamation contre diffamation. Pour les soins, j'ai donné toutes les adresses de ses repas à domicile...de la garde-malade- aide-ménagère ici.
Bon, tout cela va suivre son cours.
Par contre au final, je préfèrerais aller en prison que devoir donner de l'argent pour diffamation à quelqu'un qui a puisé à pleines mains dans l'argent de ma mère. Et cela je ne peux pas le prouver et je ne veux pas non plus harceler les gens du quartier de ma mère qui ont fait travailler au noir.

Depuis que j'ai envoyé ma défense et des photos, des documents, des témoignages, je n'ai plus eu aucune nouvelle de la police.
 

Si, finalement il y a eu non lieu des deux côtés et elles ont donc réussi à détourner l'attention et à continuer leur petite entreprise de travaux au noir sans devis avec travail mal fait, en puisant en liquide dans les bourses des naïfs qui croient économiser !.


Je finis par avoir horreur de la justice. Je me trouve accusée par ces voisines des pires horreurs et à cause d'une plainte de ma mère, je dois me défendre. Heureusement des amis ont bien voulu témoigner pour moi, mes cousines également.


En fait, je ne vous ai pas tout dit. C'est ma mère qui a porté plainte. Tout ce que j'ai fait ensuite, c'est avec sa procuration.
Pour se défendre, les voisines m'attaquent, non seulement en diffamation mais encore, elles laissent planer le doute sur l'argent pris par elles chaque semaine ( oui nous l'avons accompagnée disent-elles, pour retirer de l'argent car il fallait bien quelqu'un pour l'aider. ). Elles ajoutent à cela le manque de soins de notre part  ( elle venait chez nous deux fois par an, été et hiver; nous y allions selon nos possibilités à peu près tous les deux mois. Elle refusait de venir plus, par peur de la vie dans les bois et puis, elle avait une alarme, une aide ménagère, des repas à domicile. Je crois même que parfois le facteur lui portait ses chéquiers ou des petites sommes d'argent ..)
Les voisines ajoutent même le fait qu'elle est morte peu de temps après être arrivée chez nous...Presque de l'avoir fait mourir !!! Rien que ça !!! N'était-elle par sortie très affaiblie de la clinique ?
De plus, ajoute la policière, les voisines ont été convaincantes...
Convaincantes, cela ne m'étonne pas. C'est ainsi qu'elles ont manipulé ma mère et nous aussi. Elles voulaient même lui faire mettre des grilles devant ses fenêtres qu'elles auraient fait payer très cher ! Elles jouaient sur la peur du gaz de ville, tuyaux pas aux normes, sur la peur de l'électricité, pas aux normes. Ensuite sur la peur des vols...! Et en ce qui nous concerne : nous avons une entreprise à la Ciotat disaient -elles. Nous vous ferons le devis, nous l'avons donné à votre mère etc...

Je dis tout cela parce qu'A-M m'a proposé d'écrire quelque chose pour m'aider. Sur ce papier, il ne faut dire que la vérité, mais toute la vérité.

Elles ont proposé d'écrire quelque chose pour me soutenir face au procureur. Pour cela il a fallu scanner ta carte d'identité et le formulaire.


- Je ne demande que la vérité. Précise même que tu as un lien de parenté. Cela ne m'arrange pas, mais c'est la vérité et la vérité à mon  avis ne risque rien. Un mensonge découvert ne ferait que desservir.
Par contre j'ai été intéressée par ce que tu m'as dit :
1 - Ma mère jusqu'au dernier moment n'avait pas besoin d'aide. Elle avait une volonté incroyable, allait à son club, s'inscrivait et même récemment à une journée-voyage de club.
2 Que tu as été en Mars la voir à la clinique Beauregard et qu'elle t'a parlé de sa crainte des voisines depuis qu'elle avait fait une plainte.
3 J'aimerais que tu précises que tu allais la chercher certains dimanches pour voir sa sœur, que lorsqu'elle ne répondait pas au téléphone et que je n'étais pas au courant d'une sortie éventuelle, j'appelais chez toi et que Cl. allait sur place voir si tout allait bien. C'est arrivé en effet. Cl. m'a dit aussi qu'elle avait avec Mi. été chercher pour elle des médicaments.

Tout cela serait intéressant pour essayer de prouver l'emprise des voisines sur ma mère. Emprise non fondée puisqu'elle avait de la famille pas loin, famille qui pouvait l'aider en cas de maladie passagère.
Si vous pouviez ajouter que nous venions en fonction de nos possibilités.

Je ne crois plus tellement en la justice. Dénoncer ceux qui ne vos ont rien fait de mal directement ? Impossible Filmer ou enregistrer les personnes soupçonnées ? Impossible. On ne peut utiliser ces documents qui constituent  une intrusion dans la vie privée. On ne peut pas non plus utiliser des documents, filmés ou enregistrés sans avertir les personnes qu'on filme? Comment prouver ? Les banques refusent de coopérer aussi !

La justice ou plutôt la police a une façon bizarre de procéder. Le droit; voilà ce qu'ils pratiquent et non la justice. J'ai l'impression que désormais ils vivent derrière leur ordinateur et attendent de la personne flouée les preuves.  Si vous êtes réticent parce que vous n'avez pas les moyens de questionner les gens, de les dénoncer... les soupçons finissent par se tourner vers vous. Crapule contre plaignant, la crapule plus audacieuse gagne. Pour détourner l'attention la crapule vous accable d'une faute  plus grave encore. Le temps de vous laver de tout soupçon, le temps d'avoir eu peur... Vous abandonnez.


Chaque fois qu'on a affaire aux flics, on y laisse des plumes ! Elles ont réussi à détourner l'attention des policiers vers la fille qui habite à plus de 700 km... et dont le seul défaut est de ne pas pouvoir venir voir sa mère souvent. Celle-ci ne voulant pas non plus quitter sa région.

Mon père est mort le 10 Août 2003. Il avait 85 ans. Quelques jours après avoir passé un mois en maison de retraite. Séjour provisoire. Ma mère ayant en même temps été hospitalisée. Personnellement je suis allé chez eux plus d'un mois avant ces événements, mais j'ai eu un empêchement par la suite. Mes filles sont venues le voir dans cette maison de retraite. Il souffrait depuis plus d'un an d'une infection pulmonaire, mais il allait mieux. C'était un gros mangeur, difficile. Il ne pouvait plus  se satisfaire et il déprimait.
On lui avait enlevé un lobe de poumon ( en 79 ) à la suite d'abcès et d'inflammations graves dues aux mauvais soins pendant la guerre. La maladie évoluait lentement mais évoluait.
En outre comme il avait de nombreux polypes on lui avait enlevé un rein ( en 94 )

Ecrit par elle le 17 Janvier 2010

" 1er Janvier: je suis allée chez ma soeur, je lui ai offert du chocolat, elle rien
Oublié anniversaire de Bap.
2013 : 1er Février tempête exceptionnelle
" .Quand vous lirez ce cantique ( joint par elle ), c'est que je vous aurai quittés, ne soyez pas tristes, je vais retrouver toute ma famille et mon compagnon. Je vous ai tous aimés en particulier ma D., tachez de penser un peu à moi de temps en temps.
Adieu

D. a renoncé à la maison en faveur de ses enfants, je lui lègue tout l'argent ... Je ne sais pas si cet écrit suffira, je l'espère. Après reseignements, il faut fournir un acte de décès et un certificat d'hérédité.

Pour me préparer, voir la petite valise sur l'armoire blanche dans ma chambre.


Date de création : 09/06/2015 . 13:34
Page lue 707 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vers mon site principal

Ce site n'est qu'un chapitre de mon site principal plus complet, tout à la fois sérieux et amusant, où vous trouverez de tout sur : culture, littérature, santé, société, voyages :

Pour accéder à mon site principal, cliquez sur le lien suivant :

http://www.mireille33.fr/

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne